MOBILITES : L’AGGLO PLAIDE POUR UN TRAM-TRAIN DE VEYNES A EMBRUN

 

Communiqué de M. Roger DIDIER, Président de l’Agglomération Gap-Tallard-Durance et Maire de Gap.
Ga, le 18 juin 2022

 

La Communauté d’agglomération Gap-Tallard-Durance va lancer l’élaboration d’un nouveau Schéma intercommunal des mobilités.

L’objectif de cette réflexion est de développer les moyens de déplacement s’intégrant dans le cadre de la transition énergétique à l’échelle de l’agglomération et, plus largement, du bassin de vie et d’emploi du Gapençais. Il s’agit notamment de réfléchir aux moyens d’améliorer l’efficacité des transports en commun pour les déplacements du quotidien, d’encourager le covoiturage et de faciliter les modes doux et alternatifs (vélo, trottinette, marche à pied...).

A ce stade de la réflexion, le bureau exécutif de l’Agglomération, qui réunit le président, les viceprésidents et l’ensemble des maires du territoire, réaffirme son soutien au projet de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur de création d’une desserte ferroviaire pendulaire entre Veynes et Embrun et souhaite sa mise en œuvre rapide, au terme des études en cours.

« Nous agissons en faveur de tous les modes alternatifs à la voiture et il nous paraît indispensable d’utiliser un moyen parfaitement adapté, le ferroviaire, dont nous pouvons renforcer l’intérêt pour les déplacements du quotidien par la création d’une sorte de tram-train de Veynes à Embrun », explique Roger DIDIER, maire de Gap et président de l’Agglomération Gap-Tallard-Durance.

Une enquête réalisée récemment par l’Agence de Développement des Hautes-Alpes et le collectif Mobil’Hautes-Alpes souligne que 93 % des Haut-Alpins trouvent pertinente l’idée de développer un train pendulaire. La Communauté d’agglomération souhaite associer les autres intercommunalités concernées (Buëch-Dévoluy, Serre-Ponçon Val d’Avance et Serre-Ponçon) à cette démarche, même si elles n’ont pas toutes la compétence transports et ne peuvent pas participer à un éventuel financement.

« La problématique des déplacements du quotidien est à cette échelle large et dépasse les limites du seul territoire de l’Agglomération », souligne Roger DIDIER. Le souhait des élus de l’Agglomération est que la création de ce « train du quotidien et de proximité » par la Région s’accompagne de la réouverture, sous une forme allégée, des gares de La Rochedes-Arnauds, La Freissinouse et La Bâtie-Neuve et de la mise en place d’arrêts dans la périphérie urbanisée de Gap, par exemple au niveau des Eyssagnières (au Sud) et du Val du Plan (au Nord).